Gilles Orgeret, le blog d'un kinésithérapeute

GillesOrgeret.com, le blog d'un kinésithérapeute : dos, massage, thérapie manuelle, techniques de kiné...par Gilles Orgeret
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - paraplegie

Fil des billets Fil des commentaires

Rééducation en neurologie

, 10:29

( suite du billet : Rééducation en gynécologie-obstétrique )

Dans ce secteur, les pathologies sont classées en deux groupes. A savoir les atteintes périphériques, celles du nerf ou neurone périphérique (polio, polynévrites), et les affections centrales pour la moelle et le cerveau (Hémiplégie, Parkinson, sclérose en plaques, infirmité motrice cérébrale, paraplégie et tétraplégie, ces dernières pathologies relevant le plus souvent d’une atteinte traumatique). La SEP (sclérose en plaques) est une affection dans laquelle la gaine isolante entourant les nerfs est détruite. Certains mouvements deviennent difficiles à exécuter, incoordonnés.

Si la rééducation des affections périphériques peut relever de modalités assez classiques (prévention de l’enraidissement articulaire et des attitudes vicieuses, massages, récupération progressive de la force musculaire, travail global à sec ou en piscine), dans le cas des atteintes centrales le MK (Masseur-Kiné) se doit de pratiquer certaines techniques portant le nom de leur inventeur. Il s’agit principalement des méthodes Kabat, Bobath, Perfetti, Brunnstrom, Carr et Shepherd. Le MK lambda se contentant de mettre en pratique ses connaissances scolaires, ne sera tout simplement pas à la hauteur. Passez votre chemin !
La rééducation tient ici une place majeure et il n’est pas question de s’occuper de plusieurs patients en même temps, ou d’y passer dix minutes. Le projet thérapeutique implique une prise en charge préventive ou curative axée sur les limitations articulaires, fonctions respiratoire et motrice, marche, équilibre (contrôle des chutes). De plus, bon nombre de malades sont profondément atteints psychiquement, il n’est pas question d’ignorer ce problème en se disant : « Je n’ai pas le temps, laissons cela au psy !»
L’ergothérapeute de son côté, a une place primordiale, et s’occupera des fonctions cognitives (intellect).

Para et tétraplégies :
La paraplégie est la paralysie partielle ou complète des membres inférieurs, éventuellement du tronc. La tétraplégie étant la paralysie des quatre membres, elle aussi partielle ou complète. En période d’alitement ou de consolidation osseuse, le sujet se trouve cocooné par une équipe chirurgicale et médicale spécialisée qui suit un protocole rigoureux, bien codifié. Les manquements aux règles, les négligences, sont rares du fait de la multiplicité des systèmes de contrôle. Si un soin est bâclé, si un bras, une jambe s’enraidit en mauvaise position par exemple, si une escarre apparaît (blessure par compression sur une zone d’appui, et qui peut devenir très profonde quand la personne alitée n’a pas été régulièrement positionnée), l’un quelconque des participants de l’équipe s’en rendra rapidement compte, et interviendra.
A la sortie de ces services pointus, compétents, le blessé médullaire a tout appris de ce qui est nécessaire à l’optimisation de son autonomie. La mobilisation passive des articulations du niveau sous-lésionnel (en dessous de l’atteinte nerveuse), ainsi qu’une verticalisation régulière sur «stand up» ou plan incliné (on remet le sujet progressivement debout) afin d’éviter les troubles thrombo-emboliques, sont ensuite poursuivies en ambulatoire dans un cabinet, ou dans un centre paramédical.


Maladie de Parkinson :
La maladie de Parkinson se caractérise par trois symptômes qui sont, tremblements de repos, rigidité, et raréfaction des mouvements. Appuyé par de solides bilans, l’objectif rééducatif est de conserver l’autonomie par des mouvements actifs et passifs de toutes les articulations du corps, des exercices d’équilibration, précédés de massages afin d’atténuer les douleurs. Le contexte psychique, là aussi est en général assez lourd. Il faut en tenir compte. En 2011, j’ai contribué à un ouvrage collectif en langue anglaise, où je propose un type de rééducation neuve et originale, consultable sur ce blog.


Hémiplégie :
C’est une affection neuro-motrice concernant la moitié du corps (visage, tronc et membres d’un même côté), dont l’origine est une atteinte cérébrale. Sa cause la plus fréquente est un accident vasculaire cérébral. Les troubles associés sont ceux de la parole, perception visuelle, sensibilité, l’intellect. Après les soins d’urgence, il s’agit de trouver la méthode rééducative la mieux adaptée. C’est là que ça se corse car les kinés ne savent plus à quel saint se vouer. Après sainte «Bobath» mise à bas de sa stèle après des décennies d’adoration, voilà que débarquent saints «Perfetti », «Brunnstrôm», «Carr et Shepherd», qui lui sont préférés.
La rééducation de l’hémiplégique est sans doute la plus complexe qui soit. D’où nécessité de faire un bilan complet, et ensuite de passer beaucoup de temps avec son patient qui est parfois long à la détente, ainsi que réceptif à certaines heures de la journée seulement.
Outre le kiné, il y a les ergothérapeutes qui interviennent, s’occupant des fonctions cognitives (intellect), de la récupération du membre supérieur, ainsi que psychomotriciens et AMT (aides médico-techniques).


Arnaques rééducatives
L’une de mes patientes la quarantaine, cadre de santé dans un service de rhumatologie en clinique, souffre d’un syndrome cérébelleux entraînant de sérieux troubles de l’équilibre. Avant d’être hospitalisée dans mon hôpital, elle a bénéficié de soins chez un kiné de ville qui se contentait de lui demander de monter sur une petite planche à bascule (plateau de Freeman), et de tenir l’équilibre pendant vingt minutes, sans surveillance. C’est tout ! Dans ce cabinet, le «turn over» est de dix clients, toutes les vint minutes. Bien que trente séances lui aient été prescrites, elle arrête au bout de dix, parce que : «ça ne lui fait rien». Quand cette malade a découvert en quoi consistait une séance «normale», croyez-vous qu’elle en ait voulu au MK escroc ? Que nenni ! Rares sont ceux qui s’insurgent. Ils subissent sans état d’âme leur thérapeutique bâclée. L’arnaque est en dehors de leur champ de conscience. La plupart du temps, plus leur pathologie est grave, plus ils se sentent dépendants, moins ils ont d’exigences. Pourquoi ? L’une des raisons sans doute est que leur sens critique est émoussé. S’ils se mettent à désespérer du « magnifique » système de santé à la française, le «meilleur du monde», ils sont perdus, il n’y a plus d’espoir. Une autre raison est qu’ils mobilisent toutes leurs forces contre la maladie. Ils n’en ont plus pour se défendre contre le système qui les gère. Leur pathologie occupe tout leur espace, ils ne peuvent tout simplement pas tout gérer.


Dernier exemple détestable : traiter une scoliose effondrée chez une personne de cinquante ans atteinte d’une SEP depuis l’âge de onze ans, par l’application de «quatre électrodes» sur le dos (comme si le courant pouvait régénérer les nerfs !) pendant un quart d’heure, trois fois par semaine ! Il ne faut certes pas fatiguer ces personnes sous peine de déclencher une crise, mais de là à bâcler…

Prochain billet : rééducation en Pédiatrie.

Le conseil du Kiné : à quoi servent les activités de renforcement musculaire ?

, 10:07

Suite du billet : quelle préparation ? Pourquoi un sport d'endurance pour les malades ?

5- A quoi servent les activités de renforcement musculaire ? Dans quelles pathologies sont-elles indiquées et Pourquoi ?

Le renforcement musculaire représente l’ensemble des moyens pour entretenir ou augmenter la définition musculaire (des muscles squelettiques striés). C’est une activité anaérobie qui consomme du glucose. Une fois les réserves sanguines et hépatiques de glucose épuisées, le corps puise dans les réserves de graisse. Il permet donc d’augmenter sa masse musculaire maigre, au détriment de la masse grasse. De récentes études scientifiques dévoilent qu’il est plus efficace en matière de perte de tissu adipeux (diabète). Il provoque une élévation du métabolisme de base général (besoins énergétiques minimum de l’organisme. Exemple pour un homme de vingt ans en bonne santé d’1,80 m pour 70 kg = 1500 kilocalories, donc une élévation durable de la consommation de graisses de réserves au repos. Alors qu’avec un entraînement cardiorespiratoire le métabolisme de base retombe assez vite à la normale. De plus, ce dernier pratiqué en excès favoriserait même une perte musculaire (catabolisme). Un entraînement musculaire intense de 60 minutes par exemple, provoque une élévation du métabolisme de base durant les 9 à 15 heures suivant la phase de l’entraînement. Plus la personne acquiert du muscle en relation avec une alimentation adéquate, plus elle « brûle » ses graisses. Seulement, il y a un inconvénient : si elle s’arrête… le processus s’inverse.

Pour rester en bonne santé, la pratique d’exercices de renforcement musculaire utilisant la majorité des muscles au moins deux fois par semaine, est recommandée en plus de l’activité d’endurance, par le Collège américain de médecine du sport et l’Association américaine de cardiologie. Il faut cependant veiller au bon placement de son bassin et de sa colonne vertébrale. Le placement corporel est en effet essentiel pour ne pas créer de déséquilibres.

Lesquelles sont-elles, ces méthodes de renforcement musculaire :
- Contractions concentriques dynamiques (ex : flexion des genoux), ou isométriques (pas de variation de longueur).
- Travail stato-dynamique pour passer d’une phase statique à une phase dynamique. Ex : sauter d’un position élevée et se réceptionner en restant plus ou moins longtemps genoux fléchis.
- Pliométrie = exercices de musculation visant à placer le muscle en position d’étirement avant la phase de contraction pour bénéficier de son élasticité. Exemple : sauter au sol depuis une marche avant de sauter en l’air le plus haut possible.
Il y a aussi l’électrostimulation. Ces appareils qui stimulent nos muscles par courant électrique.

Dans quelles pathologies les privilégier ?

En cas d’amyotrophie (perte de masse musculaire), ou pour suppléer à une partie du corps déficiente.
1 - Amyotrophie.
Pour l’amyotrophie due au vieillissement, la sarcopénie.
En Neurologie ( SEP, AVC, paraplégique ou tétra) pour lutter contre fatigue, gagner en force, sur la fonction et la mobilité, augmenter son périmètre de marche, renforcer son autonomie.
En cas de rhumatisme musculaire comme la Fibromyalgie. Les déplacements, les mouvements sont plus limités, moins douloureux, fatigants, que dans le sport d’endurance.
En rhumatologie dégénérative ( pathos arthrosiques), pour renforcer la masse osseuse.
En cas d’insuffisance rénale ou cardiaque.
Dans la BPOC (bronchite obstructive chronique), dans l’asthme vieillissant, la musculature thoracique est vite déficiente, l’attitude est orientée vers l’arrondissement du dos, avec déficience des muscles rachidiens.

2 - Pour suppléer une partie du corps déficiente. Dans le handicap, par exemple le paraplégique a besoin d’un tronc et de bras solides, pour compenser son déficit aux membres inférieurs.

Y-a-t-il une autre catégorie d’activité sportive ?
Peut être la «Wii thérapie », ce que proposent maintenant toutes les consoles à gym, ainsi que les plate-formes stabylomotrices dévolues aux Kinés et podologues (qui ont les mêmes options que la Wii mais adaptées au professionnel). Nintendo sur DS propose par exemple avec « Face training » d’entraîner les muscles de son visage, il y a aussi le «Visual training » ou gymnastique des yeux. Entraînement qui n’existe pas dans les options traditionnelles des activités sportives.

De plus, ces consoles sont axées sur le ludique et créent des univers dans lesquels on peut se bouger en n’étant plus dans le réel mais dans le virtuel, ainsi que ni tout à fait non plus dans l’endurance et la musculation traditionnelles, puisqu’on n’est pas entouré de « vrais gens » avec lesquels on serait en interaction, sur de « vrais terrains plats ou bosselés », dans des conditions climatiques changeantes, etc. Ceux qui ont créé le concept voulaient avant tout : « faire prendre conscience de son corps », puis par exemple aider les enfants à se latéraliser (bien faire fonctionner ensemble côté droit du corps et côté gauche). Ils ne se doutaient pas de la vogue suscitée et de la nécessaire surenchère aux nouveautés.

C’est là un complément d’entraînement devenu incontournable, accessible aux sujets les plus malades et les plus âgés ; à ceux notamment qui ne peuvent pas sortir de chez eux pour des raisons médicales, ou autres.

Il y a aussi certaines machines comme les plate-formes vibrantes, qui stimulent passivement le muscle, améliorent le retour veineux, et semblent avoir un effet bénéfique sur l’ostéogénèse (lutte contre l’ostéoporose). C’est là une catégorie sportive visant certes le renforcement musculaire, mais en marge de l’entraînement classique. C’est une néo-activité.

A suivre...