Gilles Orgeret, le blog d'un kinésithérapeute

GillesOrgeret.com, le blog d'un kinésithérapeute : dos, massage, thérapie manuelle, techniques de kiné...par Gilles Orgeret
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Rééducation en Pédiatrie

, 16:10 - Lien permanent

(suite du billet : Rééducation en neurologie)

Quand un genou fait mal, ou si l’enfant marche avec «les pieds en dedans», il faut avant tout examiner la hanche. C’est souvent elle la fautive. Le genou n’étant qu’un valet soumis à deux maîtres : hanche et pied (Dr Dolto). Une boiterie doit conduire à un examen de tout le membre inférieur, bassin et dos, en prenant en compte le fait qu’une inégalité de longueur des membres inférieurs (trois centimètres voire plus), n’en est jamais responsable. Des jambes arquées avant l’âge de deux ans, ou ensuite au contraire des genoux en X jusqu’à l’âge de dix ans, c’est banal. Non pathologique.

Un pied plat est quasi normal, un pied creux par contre, fait craindre une maladie neurologique. Rééducateurs avides de multiplier des actes inutiles mais rémunérateurs, passez votre chemin !

La kinésithérapie respiratoire du tout petit vise à assurer un désencombrement bronchique et une meilleure ventilation alvéolaire, car avant deux ans ses efforts sont souvent aléatoires, plus encore quand il a du mal à se retourner dans son lit. En conséquence il faut l’aider à tousser utile. Cette rééducation est pratiquée depuis longtemps en un plan annuel national bien rôdé : le plan bronchiolite. Les mains des kinés est l’élément déterminant de la prise en charge de ces enfants. Elles caressent, massent, mobilisent, soulagent, rassurent. Quelques accessoires facilitent le désencombrement des voies aériennes supérieures : kleenex et sérum physiologique, mouche bébé, sonde d’aspiration avec aspirateur portatif. L’éducation des parents au drainage rhinopharyngé laisse encore à désirer, pourtant, s’il était correctement pratiqué, la société ferait l’économie de bien des hospitalisations abusives. Beaucoup de parents se présentent aux urgences pédiatriques avec un enfant encombré tout simplement parc qu’il n’a pas été correctement mouché, et le médecin peut être tenté « d’ouvrir le parapluie » en l’hospitalisant de manière abusive.

En novembre 2006, la revue médicale «Prescrire» jetait un premier pavé dans la mare en écrivant : «Bronchiolite, pas de kinésithérapie systématique. Absence d’efficacité démontrée, mais risque de fractures de côtes». Pour plus d’informations, consulter la rubrique : billets censurés.

Prochain billet : rééducation en gériatrie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.gillesorgeret.com/trackback/117

Fil des commentaires de ce billet