Gilles Orgeret, le blog d'un kinésithérapeute

GillesOrgeret.com, le blog d'un kinésithérapeute : dos, massage, thérapie manuelle, techniques de kiné...par Gilles Orgeret
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Traitement « GéO » de la maladie de Dupuytren non opérée !

, 05:25 - Lien permanent

Traitement « GéO » de la maladie de Dupuytren non opérée !

La maladie de Dupuytren est une fibrose rétractile de l’aponévrose palmaire entraînant un blocage en flexion du doigt concerné (le plus souvent l’annulaire, ensuite l’auriculaire, médius, index). Le traitement est chirurgical (aponévrotomie percutanée) avec les suites bonnes et mauvaises inhérentes à tout acte chirurgical.

J’ai inventé une nouvelle méthode (à ma connaissance personne n’en a encore eu l’idée) permettant le plus souvent d’éviter je l’espère, l’opération. Elle s’applique au sujet dont le doigt est encore relativement souple. Il convient de traiter en effet le plus précocement possible dès les premiers signes de fibrose rétractile.

Séances quotidiennes :

Dupuytren_1.JPG
le matériel. Une seringue de vingt ml découpée au bout, et dont le piston est positionné du côté du bout coupé (elle peut également servir ensuite pour assouplir toutes sortes de cicatrices). Inutile d’acheter un matériel plus onéreux.
Dupuytren_2.JPG
Appuyer fermement la seringue au niveau de la bride. Le thérapeute et le patient la maintiennent tous les deux bien collée sur la peau que l’air ne passe pas. Le vide est assuré par le piston, lequel est soulevé d’un millimètre environ par le praticien, et maintenu ainsi durant toute la durée de l’exercice.
Dupuytren_3.JPG
à l’aide de son autre main, le patient pousse son doigt atteint (ici l’annulaire) en extension maximum (le plus loin possible). Puis il fléchit activement son doigt.

Recommencer la manœuvre cinq à dix fois de suite.

Si possible frotter ensuite avec un glaçon la zone indurée durant une à deux minutes.

Poursuivre le traitement aussi longtemps que nécessaire. Je n’ai pas le recul suffisant pour donner des consignes plus précises.
Chers confrères essayez ma méthode, et donnez m’en témoignage sur ce blog !
Faisons ainsi ensemble avancer la kinésithérapie !

Commentaires

1. Le dimanche 26 octobre 2014, 20:49 par pilou

En somme c'est un exercice d'extension amélioré ... mais quel est l'effet réel et mesurable sur la bride traitée ?
Avec quelle fréquence ( quotidien, hebdo ?) et et quelle durée de traitement (jours, semaines, mois ...)

Merci pour votre réponse

2. Le mardi 3 février 2015, 17:09 par Jerome

Bonjour,
Après une recherche intensive sur le web, je constate que vous proposez LE SEUL traitement préventif de cette maladie connue depuis 185 ans, qui touche près de 2% des hommes de plus de 40 ans en France et qui peut devenir très handicapante ! Sans commentaire ! (J'ai trouvé aussi l'injection de collagène mais sans réel recul non plus).
J'ai 52 ans et suis moi-même atteint et au stade N (aucune rétractation et 2 nodules de 0,6mm sur la paume en D4 : diagnostic effectué après échographie). Je précise que je ne suis ni médecin, ni dans le domaine de la santé, juste un particulier qui ne se résigne pas à attendre sans agir, suffisamment motivé (et éduqué) pour chercher voire imaginer une solution si elle n'existait pas. La logique du traitement que vous avez imaginé me semble sans faille, j'ai toutefois quelques questions :
Recommandez-vous de commencer votre traitement dès ce stade ?
J'imagine que lorsqu'on arrive au stade 1, l'aponévrotomie percutanée à l’aiguille s'impose le plus rapidement possible puisque son taux de réussite est corrélé à la précocité de l'intervention. On peut donc imaginer que votre traitement est vraiment intéressant au stade N pour éviter le stade 1 et toute intervention. Mais a t-il une chance d'agir même au stade N ?
Peut-on le pratiquer soi-même (séances quotidiennes oblige) ?
Avez-vous un peu plus de recul sur son effet ?
Avez-vous pensé aux ultrasons ?

Merci pour votre réponse

3. Le dimanche 12 février 2017, 10:53 par ed

brides des deux côtés sur le cinquième doigt. pour le moment la peine principale est l'adhérence douloureuse et qui semble empirer la mobilité.
traitement perso hydratation avec pommade et extension.
Le petit doigt tenu dans l'autre main0tirer en extension exagérée tout en poussant avec le pouce le nodule vers l'intérieur de la main afin qu'il ne reste pas accroché.
l'adhérence est complètement décrochée la tension à totalement disparu.
exercices réguliers tout les jours. attention à l'articulation.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.gillesorgeret.com/trackback/101

Fil des commentaires de ce billet