Gilles Orgeret, le blog d'un kinésithérapeute

GillesOrgeret.com, le blog d'un kinésithérapeute : dos, massage, thérapie manuelle, techniques de kiné...par Gilles Orgeret
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Nouvelle élongation douce active en bassin pour le mal de dos

, 05:50 - Lien permanent

Mon esprit tortueux vient de produire ce nouveau type d’élongation pour les chroniques du dos.

Il n’est pas question de parler de « traction », ce traitement étant proscrit depuis longtemps puisqu’il produit l’effet inverse de celui recherché, à savoir augmenter les contractures au lieu de les réduire (à cause du réflexe myotatique).

Bassin chauffé à 33°.

Le patient est installé confortablement (veiller à bien soutenir la tête). Une longue bande élastique de rééducation est fixée aux chevilles (MSD-BAND extra-dure) lesquelles sont protégées par un linge.

1er temps :

Les mains tiennent un circuit de poulie. On démarre membres supérieurs en extension au dessus de la tête et près du corps. La bande élastique fixée aux chevilles est tendue au maximum (c’est le patient qui décide de la traction non douloureuse supportable), puis attachée à une barre dans l’axe du corps.

2è temps :
elongation_en_bassin_pour_mal_de_dos.jpg
photo Manu Kamoizan

Le sujet fléchit les coudes (attention : le maintenir rapprochés du tronc pour ne pas surmener les épaules) ce qui garantit l’étirement du dos, puisque les chevilles sont attachées. Le sujet maintient la traction cinq secondes à chaque fois (c’est à dire en restant dans la position présentée sur la photo).

L’exercice peut être interrompu à tout moment. Dans ce cas le sujet lâche le circuit de poulie. Ce qui lui permet d’aller se détacher tout seul les pieds.

Durée de l’exercice : dix, quinze minutes, voire plus. La première fois cinq minutes seulement, à valeur de test.

Nota :

Parmi les patients ayant expérimenté ce type d’élongation, certains souffraient également légèrement d’une épaule et n’ont pas été aggravés. De toute manière, à la moindre gêne, il est aisé d’interrompre l’exercice.

Le professionnel de santé ne s’éloigne pas. Il surveille en permanence.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.gillesorgeret.com/trackback/100

Fil des commentaires de ce billet