Gilles Orgeret, le blog d'un kinésithérapeute

GillesOrgeret.com, le blog d'un kinésithérapeute : dos, massage, thérapie manuelle, techniques de kiné...par Gilles Orgeret
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

La balnéothérapie (rééducation dans l’eau)

, 08:59 - Lien permanent

La balnéothérapie (rééducation dans l’eau).


La mise en flottaison supprime la sollicitation des muscles douloureux, la semi-pesanteur facilite la reprise de la marche. Les principales indications de cette modalité rééducative sont les douleurs communes musculo-squelettiques avec problèmes d’articulations portantes, ou d’épaules. En neurologie elle est d’un certain intérêt lorsque l’équilibre debout à sec est précaire. Aujourd’hui on peut même hydromasser sans mouiller, physiomasser grâce à Hydrojet system.
Soyons clair : si certains patients espèrent guérir en faisant trempette, leurs espoirs sont à l’eau, sauf si le bassin de balnéothérapie se situe à Lourdes ! Même le thermalisme ne convainc pas les spécialistes.
La rééducation en piscine chauffée à 33-35°, en baignoire d’hydrothérapie, en spa jacuzzi, aérobain, est souvent vécue par le patient comme un moment privilégié de relaxation, de bien-être. Si la profondeur de l’édifice est de moins d’un mètre-dix, on parle de bassin de rééducation (2m x 1,80 x O,60). Quand on a pied, c’est plutôt un avantage pour ceux et celles qui ne savent pas nager, ou qui ont la phobie de l’eau.


Quels exercices sont le plus couramment pratiqués ?


La position de flottaison horizontale dans un angle du bassin avec appui de la tête contre la barre, les chevilles éventuellement équipées de flotteurs, reste le grand classique et s’accompagne d’exercices de bascule du bassin et de pédalages des membres inférieurs. En étant debout, sont réalisés des exercices de fentes, d’accroupissements. Puis on marche. Malheureusement, ce programme est nul. Une de mes patientes lombalgique chronique, avait été cliente durant dix années d’un cabinet médical où les seuls exercices préconisés par son kiné avaient été ce qu’elle nommait des ‘abdominaux’, c’est à dire des exercices de pédalages des membres inférieurs en couché dorsal. Elle ne faisait que ça pendant vingt minutes : service minimum ! Qu’est-ce que ce confrère dépourvu d’imagination devait s’ennuyer ! Quelle affreuse routine. Il ne s’était jamais donné la peine d’essayer, au moins de temps en temps, d’innover un tout petit peu ! Avec quelques accessoires, il est pourtant si simple d’initier un programme rééducatif efficace et ludique (aller voir dans : « Le sport est un médicament bio ! » J. Lyon. Editeur. Ou « Le dos du Gay » L’Harmattan. Editeur) !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.gillesorgeret.com/trackback/39

Fil des commentaires de ce billet